Fleurs de Bach pour les causes de l’anxiété

Naturel-Cure

Dans de nombreux cas, lorsqu’une personne se tourne vers des traitements naturels, elle le fait pour des problèmes liés à l’anxiété.

Derrière l’expression commune «j’ai de l’anxiété», il y a différents états émotionnels négatifs, causés par de multiples facteurs et qui conduisent à différentes manifestations physiques et psychologiques dans des mesures de gravité variable.

Comprendre vos angoisses, leur manifestation et les causes qui les déterminent est une étape importante pour y faire face et les surmonter.

La fonction positive de l’anxiété est fondamentale pour nous éloigner des situations dangereuses, c’est un outil archaïque développé pour décider rapidement face à une situation jugée risquée de se battre ou de fuir.

Lorsque l’homme préhistorique, par exemple, s’est vu entouré d’un groupe de ses semblables, qui l’ont regardé sans sourire, il était très probablement en état de lutte et donc les glandes de son hypothalamus ont sécrété un produit chimique qui lui a ordonné de se lancer dans la bataille. ou de fuir; le même mécanisme peut être activé aujourd’hui lorsqu’une personne se retrouve à parler en public et que son corps le met en état d’alerte face à un «danger» qui n’a vraisemblablement aucune raison d’exister, mais qui est perçu par le corps de la même manière que notre ancêtre l’a perçu.

La base de l’anxiété est donc la «préoccupation». L’inquiétude est un état d’appréhension d’une situation motivée ou « apparemment » non motivée qui génère du stress, de l’angoisse, de la peur, de la panique chez un sujet.

La première étape consiste à rechercher les causes et les états émotionnels qui génèrent de l’anxiété.

Prenons quelques brefs exemples: l’anxiété peut survenir en présence d’éléments pratiques, concrets et quotidiens: préoccupations ou craintes pour notre santé, présence d’êtres ou d’objets dont nous avons peur (animaux, seringues, voleurs …) situations précises (parler en public, prendre l’ascenseur, l’avion, être dans des lieux fermés ou ouverts …). Dans ces cas, les fleurs de Bach nous donnent une aide importante avec Mimulus.

Face à des facteurs externes, des angoisses dérivant des états de désaccord intime et personnel du sujet peuvent être générées: faible confiance en soi (Mélèze), indécision (Scleranthus, Wild Oat, Cerato), culpabilité (Pin), impatience (Impatiens), déficiences affectives (chicorée, bruyère)

Un mauvais comportement du sujet peut générer de l’anxiété: abus d’alcool ou de drogues (Agrimony), charges de travail excessives (Oak), etc.

L’anxiété peut également provenir par exemple de pathologies dont souffre le sujet (ajonc, gentiane ou moutarde pour les pathologies dépressives) ou de traumatismes vécus (étoile de Bethléem) ou d’autres situations stressantes externes, par exemple au travail (olive, orme) o de perte d’emploi ou de faillite (Willow) ou de situations de danger réel, par ex. accidents, catastrophes, pertes subites (Rock Rose, Rescue Remedy). Juste quelques exemples pour voir comment une grande variété de causes peut déclencher de l’anxiété.

Ainsi, la première étape pour gérer efficacement vos angoisses est d’étudier en profondeur les causes qui les génèrent et d’identifier les fleurs liées à ces états.

Des causes complètement différentes et hétérogènes qui peuvent conduire à des états anxieux également différents et hétérogènes.

Il est donc fondamental d’observer aussi comment l’anxiété se manifeste chez les sujets et dans quelle mesure: il peut y avoir une préoccupation constante vécue comme la torture mentale (Aigremoine), encore plus comme l’angoisse et le désespoir (Sweet Chestnut), la peur de perdre le contrôle (Cherry Plum), formes physiques de tachycardie, hyperventilation, transpiration excessive (Impatiens), panique et paralysie à des niveaux élevés (Rock Rose, Rescue Remedy).

Comme le montre cette présentation brève et certainement non exhaustive, les phénomènes anxieux, bien que si communs à la majorité des hommes contemporains, ne peuvent être résolus dans le simple diagnostic de « l’anxiété » et l’administration ponctuelle des « anxiolytiques »: cela ne résout pas le problème, au contraire !

Chaque sujet doit d’abord observer et traiter les symptômes limitatifs et urgents auxquels il est soumis par les états anxieux (l’urgent l’emporte sur le nécessaire soutient à juste titre Orozco), puis suivre avec le thérapeute un chemin pour retracer les causes et les différents facteurs déclenchants qui lui sont propres angoisses, apprenez la leçon derrière eux et revenez vivre librement.