insomnie
– Éléments de la biologie du sommeil

        ul li.x002-text-list-pallo {
           style liste: cercle en dehors de aucun;
           padding-bottom: .5em;
           taille de police: 20px;
           hauteur de ligne: 26 px;
           margin-left: 3em;
        }
        ol li.x002-text-list-number {
           style liste: décimal en dehors de aucun;
           padding-bottom: .5em;
           taille de police: 20px;
           hauteur de ligne: 26 px;
           margin-left: 3em;
        }
        
        span.x003-titoletto-chiara {
           affichage: bloc;
        }
        
        .x002-italic-text {
           / * poids de police: gras; * /
           style de police: italique
        }

                     insomnie
Éléments de la biologie du sommeil
Ce qui est étudié dans le sommeil
Combien de personnes souffrent d’insomnie?
Types d’insomnie
Insomnie: primaire ou secondaire?
Insomnie liée aux troubles psychiatriques
Insomnie liée aux conditions organiques
Troubles du sommeil liés à la respiration (apnée obstructive) Insomnie

Éléments de la biologie du sommeil

Ce qui est étudié dans le sommeil

Combien de personnes souffrent d’insomnie?

Types d’insomnie

Insomnie: primaire ou secondaire?

Insomnie liée aux troubles psychiatriques

Insomnie liée aux conditions organiques

Troubles du sommeil liés à la respiration (apnée obstructive)

Le cerveau dispose de nombreux «centres» chargés de programmer et de favoriser le sommeil: ils remplissent notamment cette fonction, le cortex cérébral, le thalamus, l’hypothalamus et la formation réticulaire. Selon certains chercheurs, il existe une prédisposition familiale à l’insomnie, bien que des études menées notamment sur l’insomnie primaire aient donné des résultats contradictoires. Pour comprendre le concept d’insomnie, il est important de se rappeler certains éléments inhérents à la structure du sommeil, qui se compose essentiellement de deux états:

  • sommeil non REM, (à partir des initiales de l’anglais Mouvements rapides des yeuxmouvements oculaires rapides) qui comprend 4 étapes d’augmentation de la profondeur, avec ralentissement proportionnel de l’activité cérébrale; est le dit sommeil vagues lentes (en référence à la trace de l’électroencéphalogramme), pendant laquelle les rêves ne se produisent pas;
  • Sommeil paradoxal au cours duquel des mouvements oculaires rapides apparaissent associés à une réactivation paradoxale du cortex cérébral; dans cette phase, qui occupe environ 20% du sommeil total, des rêves se produisent.
  • Le sommeil est étudié par polysomnographie, une méthode basée sur l’utilisation d’un instrument qui est appliqué au sujet pendant son sommeil, permettant de mesurer son activité électrique cérébrale (par électroencéphalogramme), les mouvements oculaires (par électro-oculographie), l activité musculaire électrique (par électromyographie) et mouvements respiratoires.

    Paragraphe suivant

    Recherche en médecine de A à Z